Qui est le Président du Cambodge ?

Le 26 novembre, un nouveau procès contre 140 membres du Parti du salut national cambodgien (CNRP) débutera dans la capitale cambodgienne Phnom Penh, officiellement dissoute après une condamnation de la Cour constitutionnelle en 2017, avec un mouvement défini comme la « fin de la démocratie » au Cambodge, éliminant de fait le toute l’opposition démocratique du pays. Cette décision, suivie de l’arrestation du président du CNRP Kem Sokha — toujours en période de probation — a entraîné un exode de la plupart des dirigeants du Parti, y compris notre membre honoraire Sam Rainsy et le vice-président du CNRP, enregistré auprès du Parti radical, Mu Sochua.

Les exilés n’ont jamais abandonné la lutte pour la démocratie et la primauté du droit dans leur pays, et ils continuent de travailler sans relâche auprès des institutions nationales et internationales afin de rétablir leurs droits. L’année dernière, Sam Rainsy a annoncé son retour dans le pays, pour tenter de dialoguer avec le régime de Hun Sen, mais sans succès à cause du blocus imposé par le dictateur Hun Sen, au pouvoir depuis plus de trente ans. Aujourd’hui, quiconque a exprimé son soutien à cette tentative se retrouve devant les tribunaux avec des allégations de trahison, d’incitation au désordre public et d’autres infractions connexes.

Lire également : Pourquoi n'iriez-vous pas aux Maldives ?

Un autre signe de l’absence totale d’état de droit dans le pays et de la nature purement politique du processus est l’impossibilité pour les membres de l’opposition en exil de se présenter à leur procès, et donc de se défendre contre les accusations selon le minimum garanties judiciaires. À cet égard, Mu Sochua, qui a assisté à la conférence du 23 novembre sur les prisonniers politiques, a publié la déclaration suivante.

Convoqué par la Cour mais interdit par le régime de Hun Sen

A lire aussi : Croisière Explora Journeys : offres, avis et destinations

Avec trois collègues, j’ai quitté le Rhode Island en voiture, traversant quatre États avec une nuit de repos en Virginie, afin d’atteindre notre destination : l’ambassade du Royaume du Cambodge à Washington DC. Deux véhicules de police étaient déjà garés devant l’ambassade et le panneau indiquait « fermé ». C’était le mardi 10 novembre. Les responsables de l’ambassade avaient averti la police d’une manifestation et demandé de l’aide.

Tout ce que nous avions entre les mains pour montrer aux policiers était une enveloppe adressée au Ministre de l’intérieur du Gouvernement cambodgien. La lettre contenait notre demande de passeports valables en tant que citoyens khmers pour pouvoir retourner au Cambodge, comme l’a ordonné le tribunal municipal pour faire face à notre procès. À la fin de la journée, l’ambassade a publié une déclaration en quatre points dans laquelle on loue les différents services offerts à tous les citoyens khmers, mais avec une précision au quatrième point : « L’ambassade n’est pas à service des quelques citoyens khmers qui vivent en dehors de la loi. »

Le gouvernement cambodgien, représenté par son ambassade à Washington, a entravé les procédures judiciaires officielles contre nous en fermant ses portes le jour de notre visite et en déclarant son refus officiel de nous aider en tant que citoyens khmers. En tant que citoyens, nous avons droit à des documents essentiels tels que des passeports et d’autres documents comme preuve de notre identité nationale. Notre nationalité, notre identité et notre droit de retourner au Cambodge sont des droits constitutionnels. De plus, ce n’est qu’avec un document de voyage valide que nous pourrons revenir pour être présents le jour de notre procès.

L’intention claire du gouvernement cambodgien de nous empêcher d’être présents dans notre processus ne démontre pas que sa volonté de procéder par contumace à un processus que l’appareil médiatique du gouvernement peut utiliser pour nous présenter comme des lâches et déclarer la notre culpabilité en raison de notre absence. L’autre raison de nous tenir à l’écart du Cambodge est de vouloir éviter l’accueil massif des citoyens qui continuent de considérer le CNRP comme le seul parti politique capable de relancer la démocratie et d’apporter des changements positifs dans le pays.

Les accusations portées contre nous vont de la trahison à l’incitation au désordre public et à d’autres actes criminels connexes. Si nous sommes reconnus coupables, nous risquons de lourdes peines de prison allant jusqu’à trente ans.

Mes trois collègues et moi-même sommes parmi les neuf dirigeants du CNRP, également connus sous le nom de « Neuf », convoqués par le tribunal municipal de Phnom Penh, tandis que 131 autres membres du CNRP vivant au Cambodge et à l’extérieur du Cambodge ont été appelés à comparaître dans un procès prévu le 26 novembre 2020. Les convocations sont affichées sur la porte de fer du siège du parti, actuellement gardée par la police et interdite au public.

Arrestations arbitraires et les détentions préventives prolongées de membres de partis d’opposition, de militants, de moines, d’artistes et de critiques du gouvernement doivent cesser. Le processus fictif du 26 novembre va encore creuser le fossé national et la victimisation de citoyens innocents dont la vie est déjà rendue difficile par la perte d’emploi, le Covid-19 et l’endettement croissant.

Tout un appareil gouvernemental composé d’experts chinois est mis en place pour surveiller les comptes Facebook qui critiquent la mauvaise gestion de la pandémie par Hun Sen. Les opinions exprimant certaines opinions sont rééduquées par les autorités ou sont arbitrairement arrêtées et placées en détention. En juin, une loi sur l’état d’urgence a été adoptée et est à la disposition du Premier ministre chaque fois qu’il souhaite l’utiliser.

Le Cambodge est un État à parti unique. Dans le pays, des membres de l’opposition sont agressés physiquement et se retrouvent avec de graves problèmes blessé ou paralysé à vie. Il n’y a jamais eu d’enquête sur ces attaques. Les familles de centaines de prisonniers politiques sont confrontées à de graves difficultés économiques et émotionnelles. Leurs enfants sont forcés de quitter l’école. Des milliers de nos membres et sympathisants sont étroitement contrôlés par la police locale, contraints d’avouer ou de rejoindre le parti au pouvoir. L’objectif du gouvernement est de semer la peur.

Je voudrais attirer l’attention de cette conférence sur le courage des « femmes du vendredi » qui organisent des manifestations hebdomadaires pour réclamer la libération inconditionnelle de leurs maris et pères prisonniers politiques. Malgré les sévices physiques et les violences verbales de la part de la police et des gardes de sécurité, Friday Women poursuit son combat hebdomadaire pour la justice.

En juin, la diaspora cambodgienne a lancé un appel mondial pour mettre fin à l’impunité au Cambodge. Le but de consiste à traduire les auteurs de meurtres perpétrés par l’État, quelle que soit leur position au sein du gouvernement, vers une justice indépendante.

Nous n’abandonnerons jamais le combat pour la liberté, la justice et la démocratie. C’est précisément pour cette raison que nous serons jugés le jeudi 26 novembre. Le seul crime dont nous, accusés, sommes coupables est notre affiliation politique. Ce procès farce rappelle au peuple cambodgien les procès des Khmers rouges au cours desquels le verdict a été rendu non pas par les juges mais par le régime.

Nous sommes innocents, jusqu’à preuve du contraire. Le retour au pays est notre droit constitutionnel. Il serait naïf de demander un procès équitable, mais nous avons le droit d’avoir pleinement le droit de nous défendre devant une cour de justice.

Mu Sochua Vice-président du Parti national du sauvetage du Cambodge

vous pourriez aussi aimer