Comment chauffer un camping-car en hiver ?

vacances d’hiver en camping-car sont une expérience très spéciale. S’enfermer dans un petit environnement chaleureux et confortable à dix centimètres de nous, juste derrière la paroi mince de notre véhicule, il y a plusieurs degrés en dessous de zéro a quelque chose de magique. Cependant, ce qui commence presque comme un rêve peut bientôt se terminer en cauchemar, à moins que quelques astuces simples ne soient mises en pratique Les . Dans un autre article, nous avons parlé de la préparation de la partie mécanique du véhicule, tandis que nous nous concentrons maintenant sur l’intérieur de la cellule, en particulier sur le chauffage et l’isolation.

L’élément le plus important est évidemment le poêle, qui doit être en parfaite efficacité. Qu’il s’agisse d’essence ou de diesel, il doit s’allumer sans hésitation. Comme dans les chaudières domestiques, des problèmes de combustion peuvent survenir, parfois causés par de petits insectes nichant dans les évents ou les buses. En général, la première chose à faire, quelle que soit la système de chauffage dont vous disposez, il s’agit d’une inspection visuelle du poêle, de la cheminée et du système de conduits d’air . L’élimination de la poussière et de la saleté vous aidera à identifier les problèmes particulièrement évidents. Si le poêle est en service depuis quelques années et qu’aucun entretien n’a été effectué, une vérification par un spécialiste échappera à tout doute.

A lire en complément : Quel est le meilleur voilier de croisière ?

Le chauffage est toujours allumé

Il y a deux choses importantes à savoir : l’utilisation du chauffage au mazout consomme plus d’énergie et le système de protection contre le gel de la chaudière à gaz nécessite un chauffage constant, ce qui pénale — dans les véhicules récents — la vidange automatique du réservoir d’eau claire. Si vous possédez un véhicule légèrement « vintage », vérifiez que la batterie qui alimente le système piézoélectrique Truma est bien chargée. Lorsque vous garez votre camping-car prêt à affronter vos vacances d’hiver, si vous campez, vérifiez la bonne connexion au 220 volts, puis allumez le chauffage et… ne l’éteignez plus. En quittant le camping-car, vous pouvez régler une température interne d’environ 10 degrés : vous éviterez ainsi la mise en service des systèmes antigel (qui commencent généralement autour des 3/4 degrés) et protégerez les réservoirs et les tuyaux du gel . Dans le cas malheureux où la soupape de sécurité se déclenche, avant de reconstituer le réservoir d’eau, n’oubliez pas de chauffer la cellule et de réarmer la vanne.

A voir aussi : Comment supporter un long voyage en avion ?

Avec la neige, attention à la cheminée

S’il neige, gardez un œil sur la cheminée d’échappement du poêle ou le silencieux du chauffage diesel : ils ne doivent en aucun cas être bloqués par la neige . Si la cheminée est sur le toit et que les chutes de neige sont importantes, une rallonge en plastique que l’on trouve dans les magasins d’accessoires peut empêcher la « dame blanche » de s’immerger complètement la nuit. La bouche d’aération.

Butane et Propane

Pour le chauffage, le carburant a son importance. Le carburant diesel a été abordé dans l’article précédent. En ce qui concerne le gaz, il faut toutefois s’assurer que la bouteille ou la bouteille est chargée autant que possible de propane et non de butane. En général, le GPL (gaz de pétrole liquéfié) ne gèle pas, mais à très basse température, il cesse de passer de l’état liquide à l’état gazeux. Pour le butane, cela se produit à -0,4 degrés au-dessous de zéro, tandis que le propane continue de s’évaporer jusqu’à moins 43 degrés. Malheureusement, il n’y a aucun moyen de vérifier si nos réservoirs sont remplis de tel ou tel carburant, ni à quel pourcentage le mélange est formé. Nous devrons donc demander ces données au détaillant et, dans le cas du GPL chargé dans les distributeurs routiers, veiller à faire le plein, si possible, directement dans les zones de montagne.

Un article La capacité de leur système, qui prévoit presque toujours la présence de deux bouteilles de 10 kilos, est critique à l’égard de ceux qui dépendent du chauffage au gaz. Ce qui est généralement surdimensionné pour une utilisation purement estivale devient soudainement trop petit lorsque les températures baissent. Chaque camping-car – en fonction de sa taille, de son isolation et de sa température extérieure – fait une histoire de lui-même, mais on peut raisonnablement dire qu’un cylindre durera environ dix jours ou un peu plus avec des températures extérieures comprises entre 5 et 10 degrés, cinq ou six jours à l’approche de zéro, et deux ou trois jours au cas où de super froid. Dans les campings d’hiver, il est souvent possible d’avoir des bouteilles de rechange sans avoir à se déplacer. Avec une autonomie aussi réduite, l’une des choses faciles à réaliser est que le cylindre se termine la nuit (pendant laquelle vous pouvez maintenir une température d’environ 12/15 degrés) : sous la couette, vous vous sentez bien et la consommation de gaz est réduite). Dans ce cas, le le réveil du matin ne sera pas le meilleur… Sur le marché, il existe des systèmes automatiques qui permettent de connecter les deux cylindres en même temps : quand l’un se termine, l’autre entre en action. Un indicateur vous avertira lorsque le conteneur est épuisé. Le système le plus courant est le Truma DuoControl CS , qui, grâce à la présence d’un capteur de choc, offre également un autre avantage : il permet de garder le gaz ouvert pendant le trajet et, si le poêle le permet (presque tout), de chauffer la cellule sans attendre qu’elle arrive à destination.

Jusqu’où en est-il de la fin ?

En général, avec les bouteilles, ce qui est difficile à maîtriser, c’est la quantité de gaz restante, car les manomètres normaux, vendus pour une poignée d’euros, sont de peu d’utilité. En fait, la pression interne de la bouteille ne baisse rapidement que lorsque le gaz est bas, ce qui donne très peu de préavis. Pour surmonter cet obstacle, il y a plusieurs remèdes. Le premier est celui de la « grand-mère » : lorsqu’il fait très froid, une condensation se forme au niveau du gaz liquide contenu dans les bouteilles en acier classiques et en regardant à quelle hauteur il atteint, on peut se faire une idée du gaz restant. Alternativement, il existe des capteurs à ultrasons, qui sont appliqués sous les cylindres et qui sont capables d’estimer le contenu, ou des balances réelles qui vérifient rapidement le nombre de kilos de gaz restants. Dans ce cas, vous pouvez généralement coupler l’appareil à un smartphone pour obtenir la mesure . Une solution très appréciée par de nombreux campeurs est d’utiliser des bouteilles en matériaux composites, comme ceux de Beyfin ou de Lampogas : le matériau translucide avec lequel elles sont fabriquées permet de vérifier leur contenu en vue.

Le retour du bombolone

Une fois répandu, le classique revient à la mode Réservoir de GPL, qui peut être rechargé aux distributeurs routiers, par opposition aux bouteilles (ne le faites jamais : c’est très dangereux, mais aussi illégal). Pendant longtemps, cela n’a été possible qu’avec difficulté en raison de normes mal écrites et mal interprétées, mais depuis 2018, l’installation et l’utilisation de cet appareil sont clairement réglementées, et si le livret du camping-car est indiqué, le libellé correct ne peut plus refuser le ravitaillement en carburant. Les avantages sont une capacité supérieure à celle de la paire de bouteilles classique et un prix d’achat du gaz nettement inférieur . Pour une utilisation hivernale, il faut faire attention, lors de l’installation, à assurer une isolation adéquate du réservoir.

Diesel oui, mais sans usines « chinoises »

Le chauffage au mazout, qui est également proposé par Truma depuis quelques années, ainsi que par les marques les plus connues du secteur, telles que Eberspächer et Webasto, est s’implanter de plus en plus. De nombreux carrossiers, en particulier dans le segment des fourgonnettes, le fournissent dans le premier équipementil est plus difficile de trouver les espaces pour une solution optimale. . En raison des températures plus élevées atteintes par les chauffages diesel, les conduits déjà installés sur la cuisinière à gaz ne peuvent pas être utilisés. Si le chauffage au mazout est installé sur le marché de l’après-vente, faites attention aux nombreuses propositions « chinoises » : les produits de marques inconnues, sans certification officielle et proposés à des prix très bas peuvent être très dangereux. Certains tests de laboratoire ont montré un niveau de qualité bien inférieur à celui des marques les plus connues. Et on ne gâte pas la vie. Enfin, pour les amateurs de statistiques, il faut dire que l’utilisation du diesel du réservoir principal du véhicule empêche le calcul de la consommation du moteur « de plein à plein » et l’estimation de l’autonomie résiduelle, mais l’installation à une date ultérieure est toujours possible. Le principal avantage est la possibilité de faire le plein de diesel presque partout et à tout moment, sans avoir à craindre de manquer de cylindres. D’autre part, il est nécessaire de prendre en compte une plus grande consommation d’électricité (le diesel s’allume lorsqu’une bougie de préchauffage est chauffée, ce qui nécessite beaucoup d’énergie) et le fait que si la distribution d’air canalisé est réalisée ultérieurement, réalisée par l’ordinateur de bord.

Isolez le cockpit

Si le système de chauffage est l’organe principal qui nous maintient au chaud même en présence de très basses températures, nous ne pouvons pas oublier une « aide » précieuse dans les situations les plus difficiles. La partie du camping-car qui contribue plus que tout autre à abaisser la température interne est le cockpit, dont l’isolation laisse généralement à désirer. Les stores rembourrés normaux que nous avons l’habitude d’appliquer avec des ventouses de pare-brise et de vitres latérales ou plissées installées comme accessoire ne suffisent pas. Si votre camping-car n’a pas de demi-dinette, ou si vous n’avez généralement pas besoin d’impliquer les sièges du cockpit, la meilleure chose à faire est d’isoler l’avant avec une tente très épaisse ou, si la structure le permet, même avec une fermeture rigide. Dans tous les autres cas, les stores extérieurs qui sont appliqués sur les fenêtres de la cabine constituent une première défense : ils sont beaucoup plus efficaces que les stores internes et apportent une aide précieuse. Pour les combles, les profilés et les camionnettes, ils sont de dimensions standard, tandis que les camping-cars doivent utiliser des solutions sur mesure . Pour une protection vraiment efficace, des housses complètes sont également disponibles, qui enveloppent complètement l’habitacle d’origine de la camionnette. Dans ce cas, il sera nécessaire d’évaluer où les stocker. lorsqu’ils ne sont pas utilisés, car les dimensions prennent de l’importance.

Le froid vient d’en bas

Étant donné que la partie la plus froide du poste de pilotage est celle située sous le tableau de bord, une autre solution, peut-être intégrative à celles vues ci-dessus, est celle d’ une cape isolante interneplacer de petits panneaux isolants entre la vitre et les stores intérieurs qui ferme toute la zone du haut du tableau de bord aux tapis inférieurs. Lorsque les températures extérieures deviennent extrêmes, il est également utile de . Ils sont généralement fabriqués sur mesure et sont fabriqués dans le même matériau que les stores du poste de pilotage. Avec un minimum de compétences « coupé-coudre », il n’est pas difficile de les fabriquer à la maison à très bas prix.

Comment faire avec le toit pliant

Enfin, il faut mentionner le toit ouvrant, qui prend de plus en plus d’ampleur sur les camionnettes. Avoir les murs en toile, le l’isolation, même si elle est bien faite, peut toujours être améliorée. Il existe donc sur le marché des feuilles imperméables à appliquer à l’extérieur et des draps rembourrés à l’intérieur . Une astuce qui aide beaucoup, et qui n’est généralement pas prévue dans le premier équipement, consiste à amener les conduits d’air chaud également « à l’étage ». Un peu de bricolage ou l’intervention ciblée d’un professionnel peuvent aboutir au bon résultat avec un faible investissement.

Cela dit, portez un coupe-vent, une écharpe, un chapeau et des gants et ensuite… partez ! Comme nous l’avons vu, un peu d’attention suffit et le froid n’est plus effrayant.

par Paolo Lavani

vous pourriez aussi aimer