Où est la mer du Nord ?

1

Vous souvenez-vous de la mer plate des cours de sciences interminables au collège ? Les longues explications de la nature évidente qui ont rarement été animées par ces brefs moments de participation pratique, le laboratoire ? À ce moment-là, même le phénomène de la séparation de l’eau du pétrole nous aurait semblé un événement miraculeux, jamais aussi apprécié que jusque-là. Mais d’un autre côté, l’expérience était simple, rétrospectivement presque une fin en soi. Un peu de ce qu’il advient de l’union de la mer du Nord et de la mer Baltique.

Remplissez à moitié un verre d’eau, versez quelques millilitres d’huile avec une sagesse prévoyante, comme si quelque chose de magique et de dangereux se produisait soudainement, pour quoi ? Nous connaissons tous déjà le résultat, et rétrospectivement, je mets quiconque au défi de trouver quelqu’un qui ne pense pas qu’il s’agit simplement d’une banalité élémentaire ennuyeuse.

A lire en complément : Comment s'appellent les habitants de Chypre ?

Avoir un contenu bicolore dans un bécher en verre normal. Aqua en bas, de l’huile sur le dessus. Séparés par une ligne de démarcation invisible qui permet aux deux liquides de garder vivante la singularité de leurs couleurs et de leurs propres caractéristiques . Mais on sait, à petite échelle, à l’intérieur d’un bécher, que l’enthousiasme produit par le succès initial de l’expérience n’a pas duré longtemps, juste assez longtemps pour arriver éveillé au son de la cloche.

Cependant, si nous détournons notre regard des quelques centimètres du diamètre du récipient en verre vers l’immensité inhibitrice de la mer, l’œil se perd et l’émerveillement prend le dessus. L’étonnement nous excite. L’idée, peut-être, de plonger là où se produit cette séparation qui, des années plus tôt, nous avait momentanément soulagés de la monotonie de la voix de l’enseignant, se glisse parmi les objectifs possibles d’un prochain voyage. Alors maintenant, après avoir suscité une curiosité pas modeste à ce sujet, faisons mieux connaître le spectacle naturel de la barrière hydraulique .

A lire en complément : Quelle est la meilleure période pour aller à Venise ?

Pourquoi les deux mers ne se mélangent-elles pas ? Le cas de la mer Baltique et de la mer du Nord.

La première chose qui attire votre attention est, également dans ce cas, la distinction claire et claire de la couleur des deux plans d’eau. Comme s’il s’agissait aussi — comme dans le cas de l’eau et de l’huile — de deux liquides de composition différente, ne ressemblant qu’à un œil peu curieux. Pas tout à fait fausse intuition, si vous entrez dans les détails. La couleur, et donc la nette diversité, sont dictées non seulement — comme on le sait — par la composition géologique des fonds marins, mais surtout par la température propre conférée par les courants, la densité et la salinité de chacun.

La mer du Nord est une mer « vivante », dont la salinité varie selon la zone entre 15 et 35 pour mille . Il est épicontinental, il transporte les eaux de l’océan Atlantique, de la Manche, de la mer de La Norvège et les fleuves qui traversent une partie considérable de l’Union européenne. C’était la mer convoitée par les Romains et les Vikings d’abord, par la Ligue hanséatique, puis par les Pays-Bas. Il a une disposition difficile et agitée, le théâtre de petits tsunamis et de forts troubles qui rendent indéniablement difficile la navigation.

La raison ? Il est situé au-dessus de ce qui était le point de jonction entre les plaques tectoniques continentales au début de l’ère paléozoïque, et les mouvements des failles liées à ces phénomènes sont encore bien entendus aujourd’hui.

La mer Baltique est une mer « protégée ». C’est calme. C’est une mer intérieure de l’océan Atlantique, entourée de terres continentales (Europe centrale et orientale), d’îles (du côté danois) et de la péninsule scandinave. Son seul inconvénient, presque incontestablement prévisible, est la tendance inévitable à la glace en hiver. Avec une très faible salinité comprise entre 0,5 % et 1,5 %, elle est d’environ 3/4 fois en dessous de la valeur moyenne enregistrée par les océans. Il est indispensable, et très simple, de calculer qu’il est donc environ 100 fois moins salé que la mer du Nord susmentionnée, contre laquelle elle se rencontre à Skagen, au Danemark.

Où se rencontrent la mer du Nord et la mer Baltique ?

Cette salutation sans se serrer la main, qui se déroule en présence du fond évocateur de Skagen, dans le Jutland (péninsule sablonneuse qui est la pointe la plus extrême du nord du Danemark, devant la langue de terre des Grenens) prend des dimensions spectaculaires.

Vue d’ensemble de la péninsule du Jutland Ce n’est en fait qu’un comportement de façade. Sous la surface, à des dizaines de mètres de profondeur, il y a une union qui revêt également une importance considérable, car elle permet aux deux écosystèmes de survivre . En fait, leur mélange permet à la faune océanique, et donc aux espèces qui habitent les deux mers, d’y vivre et reproduire. Autrement, il serait impossible pour la faune de la mer Baltique de vivre dans les températures et les conditions de la mer du Nord et vice versa.

Des phénomènes similaires également en Italie

De toute évidence, comme la conjonction géographique de deux océans ou de deux mers n’est pas si rare en soi, il est facile de comprendre qu’elle se produit encore plus près de nous, en Italie . Des exemples tangibles sont le canal d’Otrante, qui marque la frontière entre la mer Ionienne et l’Adriatique, ou dans le détroit de Messine entre la mer Ionienne et la mer Tyrrhénienne. Mais contrairement à ce qui se passe au Danemark, ici les eaux se mélangent et ne nous permettent pas de vivre et de goûter les mêmes sensations fortes et les mêmes effets chromatiques que la nature nous donne au Danemark.

vous pourriez aussi aimer