Qu’est-ce que le corail crustacé ?

8

Les récifs coralliens et divers animaux aquatiques étaient au sommet de leur diversité il y a environ 150 millions d’années, avant que les dinosaures ne commencent à dominer le monde. C’est ce que soutient une nouvelle étude publiée dans le Journal of the Linnean Society par des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley.

L’

Lire également : Quel est le temps qu'il fait en février aux Maldives ?

étude décrit de vastes récifs coralliens qui, pendant la période jurassique, existaient dans la mer de Téthys, une mer peu profonde qui couvrait la zone qui appartient aujourd’hui à l’Europe centrale et qui s’étendait de la région de l’Espagne actuelle à l’Asie. Cette barrière était pleine de vie et d’animaux aquatiques de toutes sortes, des poissons aux crabes en passant par les escargots de mer, les palourdes et les huîtres de nombreuses espèces aujourd’hui disparues.

En particulier, les chercheurs ont reconnu 53 espèces distinctes de homards têtu, en particulier des crustacés au corps aplati, bien connus notamment en Amérique du Sud où ils portent le nom de langostinos. Dans un environnement comme celui-ci où la vie de toutes sortes était en proie, les parasites commençaient à s’épanouir. En particulier, les homards têtu présentaient des protubérances particulières au niveau des branchies qui trahissaient l’existence d’un parasite hématophage, un parasite qui, selon les chercheurs, est encore actif chez ces animaux aujourd’hui.

A lire aussi : Quel temps fait-il sur l'île de la Réunion en octobre ?

Il s’agissait d’ « écosystèmes clés dans l’évolution des galatéoïdes et de leurs parasites », comme le rapporte Cristina Robins, scientifique au Berkeley Museum of Paleontology et auteure principale de l’étude. Aujourd’hui, la vie de ces crustacés semble particulièrement menacée en raison de la dégradation des récifs coralliens actuels causée principalement par le soi-disant « blanchiment » des coraux et d’autres facteurs environnementaux, dont certains sont d’origine humaine.

Les homards têtu ont été partiellement sous-estimés en science et en taxonomie, mais selon La Robins, spécialiste de ces crustacés, représentent l’un des groupes de macrocrustacés les plus divers encore en vie, puisqu’il y a plus de 1250 espèces seulement parmi celles connues.

Insights

  • Les récifs coralliens et les homards squats ont prospéré il y a 150 millions d’années | Berkeley News
  • Diversité extrême et parasitisme des homards trapus du Jurassique tardif (Décapode : Galatheoid) et les plus anciens enregistrements de porcelaine et de galathéides | Zoological Journal of the Linnean Society | Oxford Academic (IA) (DOI : 10.1093/Zoolinnean/ZLZ067)

vous pourriez aussi aimer