Le Liban fait partie de l’Europe ?

Une explosion majeure dans le port libanais de Beyrouth le 4 août a fait des centaines de victimes et a choqué l’opinion publique dans le monde entier. Plusieurs pays ont offert leur soutien au Liban, tandis que l’enquête sur l’origine de l’incident continue d’être examinée, dont l’ampleur a été comparée à celle d’un tremblement de terre de magnitude 4,5 sur l’échelle de Richter. Les États européens ont envoyé des messages de solidarité au gouvernement et au peuple libanais, et beaucoup ont promis de fournir leur aide dès que possible. Le Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a écrit, sur son compte Twitter : « L’UE exprime toute sa proximité et son soutien total aux familles des victimes, au peuple libanais et aux autorités à la suite de la violente explosion qui a frappé le ville de Beyrouth ». « L’Union européenne est prête à fournir assistance et soutien. Soyez fort », a-t-il a commenté le Président du Conseil européen, Charles Michel.

Parmi les dirigeants des États européens, l’un des premiers à exprimer sa solidarité a été le président français Emmanuel Macron, qui a souligné que Paris travaille déjà à apporter de l’aide sur le lieu de l’explosion. « J’adresse mes pensées à tous les Libanais après l’explosion qui a causé un si grand nombre de victimes et de dégâts à Beyrouth. La France est aux côtés du Liban. Toujours. L’aide et les ressources françaises sont sur le point d’être acheminées vers le site », a écrit Macron sur Twitter. Le ministre des Affaires étrangères de Paris, Jean-Yves Le Drian, a également envoyé un message de soutien au Liban, écrivant sur Twitter que la France est prête à répondre à tous les besoins des autorités libanaises.

A voir aussi : Quelle ville choisir en Turquie ?

En Allemagne, le ministère allemand des Affaires étrangères a signalé qu’une partie du personnel de l’ambassade d’Allemagne avait également été blessée dans l’explosion. « Les blessés comprennent une partie du personnel de l’ambassade », a déclaré le ministère, précisant que, pour le moment, il n’est pas possible d’exclure avec certitude « la présence de citoyens allemands parmi les morts et les blessés ». Le bâtiment de l’ambassade, situé non loin du port, a certainement été endommagé, mais « la gravité des dégâts ne peut pas encore être déterminée », a ajouté le ministère. La chancelière allemande, Angela Merkel, s’est dite par l’intermédiaire de sa porte-parole profondément choquée par l’événement et a promis une aide opportune pour soutenir le Liban.

En Italie, le ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, s’est tourné vers les réseaux sociaux pour souhaiter « un prompt rétablissement » à toutes les personnes blessées dans l’explosion. « L’Italie est proche de ses amis libanais en ce moment tragique. Nos pensées vont aux familles des victimes, à qui nous exprimons le plus nos sincères condoléances, ainsi qu’aux blessés, auxquels nous souhaitons un prompt rétablissement », a déclaré le ministre Di Maio. Parmi les blessés, il y aurait aussi un soldat italien dont l’état n’est pas grave. Le soldat fait partie du contingent italien au Liban, présent dans le pays dans le cadre de la mission internationale de la FINUL. Selon ce que le ministre de la Défense, Lorenzo Guerini, le bâtiment où se trouvaient certains soldats italiens à Beyrouth, bien qu’il ne se trouve pas à proximité immédiate du port, a été endommagé par l’onde de choc de l’explosion. « Des soldats sont transférés de Beyrouth vers la base de Shama. Tous ont alerté leurs familles en personne et les ont rassurées de leur état », a déclaré le ministre.

A voir aussi : Quels sont les noms des habitants des pays du monde ?

Enfin, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré : « Les photos et vidéos de Beyrouth sont choquantes. Mes pensées et mes prières s’adressent à tout le monde. les personnes impliquées dans ce terrible accident. Le Royaume-Uni est prêt à apporter son soutien de toutes les manières qu’il peut, même aux citoyens britanniques intéressés. » Dans une interview accordée à Sky, interrogé sur son interprétation d’une cause possible de l’explosion, le ministre britannique de l’Éducation Nick Gibb a déclaré, mercredi 5 août : « Les autorités libanaises enquêtent attentivement sur la cause de cette tragédie, et avant que les résultats de cette enquête ne soient communiqués, il est trop tôt pour faire des interprétations. » « En tout cas, la Grande-Bretagne discute de l’assistance technique et financière à offrir au Liban en ce moment », a ajouté le ministre.

Lors de l’explosion du 4 juillet dans le port de Beyrouth, des sources suggèrent que la détonation a eu lieu dans un entrepôt contenant des matières hautement explosives, telles que du nitrate d’ammonium, déposées dans le port pendant environ six ans. Le Le chef de l’Etat, Michel Aoun, a déclaré l’état d’urgence pendant deux semaines, ajoutant dans un message sur Twitter : « Il est inacceptable qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, d’un montant d’environ 2750 tonnes, ait été déposée pendant six ans dans un entrepôt sans précautions » et a déclaré que les responsables feront l’objet de « sévères pénalités ». Le Conseil suprême de défense a également qualifié Beyrouth de « ville sinistrée » et a soutenu la proclamation de l’état d’urgence, tout en chargeant les autorités militaires de veiller à la sécurité de la capitale libanaise. Dans le même temps, l’exécutif de Beyrouth a demandé la nomination d’un comité qui mènera toutes les enquêtes nécessaires et présentera les résultats dans un délai de 5 jours. À l’heure actuelle, il y a environ 100 morts et plus de 4 000 blessés, mais le nombre devrait augmenter.

Dans ce contexte, il est important de rappeler les tensions persistantes entre le groupe chiite libanais. Le Hezbollah et Israël, après la première spéculation, ont inclus ce dernier parmi les auteurs possibles. Tel Aviv a nié toute implication, affirmant qu’il s’agissait, à son avis, d’un accident. Enfin, par un geste humanitaire qualifié de « rare », le pays a offert une aide médicale, sanitaire et humanitaire, montrant sa proximité avec le Liban par des « voies diplomatiques », sur la base de ce que rapportent le ministre de la Défense, ainsi que le vice-premier ministre, Benny Gantz, et le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkénaze.

Lisez International Security, le seul journal italien entièrement consacré à la politique internationale

Chiara Gentili

vous pourriez aussi aimer